En cas d’inaptitude : les responsabilités du médecin du travail

medecin du travail_doctolis
0

Quelles sont les responsabilités du médecin du travail préalables à la déclaration de l’inaptitude?

Le code du travail prévoit que le médecin du travail ne peut constater l’inaptitude médicale du salarié qu’après avoir procédé à 4 actions :

  • Avoir réalisé au moins un examen médical de l’intéressé. Le cas échéant, accompagné, des examens complémentaires permettant :
  1. un échange sur les mesures d’aménagement,
  2. d’adaptation ou de mutation de poste
  3. ou la nécessité de proposer un changement de poste;
  • Réalisé ou fait réaliser une étude de poste;
  • Réalisé ou fait réaliser une étude des conditions de travail dans l’établissement et indiqué la date à laquelle la fiche d’entreprise a été mis à jour;
  • Avoir procédé à un échange, par tout moyen, avec l’employeur.

L’employeur peut-il demander à avoir accès à l’étude de poste?

Aujourd’hui, aucun texte, ni aucune jurisprudence ne précisent si l’employeur peut y avoir accès. Le médecin du travail peut refuser de communiquer l’étude de poste à l’employeur en invoquant le secret médical. D’autant plus que l’étude de poste sera enregistrée dans le dossier médical de l’employé. Il sera difficile pour l’employeur de contester ce refus en l’absence de textes qu’ils le prévoient.

Sur quelles informations l’employeur peut-il alors s’appuyer pour mener à bien ses recherches de reclassement?

L’employeur doit prendre en compte, pour élaborer ses propositions de reclassement,

  • Les conclusions écrites du médecin du travail
  • Et les indications qu’il formule sur les capacités du salarié à exercer l’une des tâches existantes dans l’entreprise.

Le médecin du travail doit également formuler les indications sur la capacité du salarié à bénéficier d’une formation le préparant à occuper un poste adapté.

L’employeur peut même solliciter le médecin du travail, dès que nécessaire, pour obtenir plus de précisions afin de se remplir à son obligation de reclassement. Un arrêt du 3 octobre 1991 a clairement défini :

  • «qu’il appartient à l’employeur, en cas de difficulté ou de désaccord tenant à l’inaptitude physique du salarié à occuper l’emploi de reclassement proposé par le médecin du travail, de solliciter à nouveau l’avis de ce dernier».

Le médecin du travail doit y répondre, sans toutefois violer le secret médical.

Sans cette étude de poste, l’employeur peut-il utilement contester l’avis d’inaptitude?

médecin du travail

L’employeur est tenu, depuis la loi du 8 août 2016, de saisir le conseil de prud’hommes pour contester l’avis d’inaptitude. L’employeur dans le cadre de cette procédure peut mandater un médecin afin qu’il puisse recueillir les éléments médicaux ayant fondé les avis et propositions du médecin du travail.

Twitter

Laissez-nous un commentaire

3a1bd3df1fde22f9a5af4ce64ff2d05eddddddddddddddddddddddddd